Surveiller les espèces exotiques

Les agents du Parc naturel marin sont particulièrement attentifs à l'arrivée d'espèces exotiques. Deux d'entre elles sont actuellement sous surveillance.

Les voies d’introduction des espèces exotiques sont multiples et sont de plus en plus importantes avec l’accroissement des flux commerciaux. En Méditerranée le canal de Suez a joué un rôle historique dans l'introduction de nouvelles espèces. L'ostréiculture et le transport maritime (eaux de ballast) y contribuent aussi fortement. La mer Méditerranée est l’une des régions du monde les plus touchées avec pas moins de 950 espèces exotiques recensées.

La situation géographique et les habitats diversifiés du Parc naturel marin multiplient les “potentiels d’accueil” des espèces exotiques. Le Parc effectue une veille de ces nouvelles espèces sur le terrain en s’appuyant sur les acteurs de la mer qui pratiquent le milieu au quotidien (pêcheurs, plongeurs), étape nécessaire à la mise en place d’action de gestion.

Une algue envahissante

La Caulerpa racemosa var. cylindracea est une algue envahissante originaire du sud de l’Australie. Elle s’est rapidement propagée en Méditerranée grâce à ses systèmes de reproduction efficaces et sa résistance aux eaux froides l’hiver. Elle peut former un épais tapis «vert fluo» qui envahit les fonds marins et est susceptible de modifier les écosystèmes impactés.

L'objectif pour le Parc naturel marin est de limiter la propagation de cette algue.

 

La présence de l'algue Caulerpa racemosa var. cylindracea a été signalée pour la 1ère fois dans le périmètre du Parc en 2018 au niveau de Banyuls.

L’équipe du parc s’est mobilisée, avec la Réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls et les scientifiques du territoire, pour mettre en oeuvre des actions spécifiques :

  • état des lieux,
  • tests de destruction en aquarium.
Suivi d'une espèce exotique

Suivi par les agents du Parc naturel marin de l'espèce exotique Caulerpa racemosa

Bruno Ferrari / Office français de la biodiversité

Suivi par les agents du Parc naturel marin de l'espèce exotique Caulerpa racemosa

Bruno Ferrari / Office français de la biodiversité

Caulerpa racemosa, une espèce exotique présente dans les eaux du Parc naturel marin

Caulerpa racemosa, une espèce exotique présente dans les eaux du Parc naturel marin

Alexandra Gigou / Office français de la biodiversité

Caulerpa racemosa, une espèce exotique présente dans les eaux du Parc naturel marin

Alexandra Gigou / Office français de la biodiversité

Carte précisant la zone d'interdiction de mouillage et de pêche avec des engins de fonds à Banyuls-sur-Mer

L'annexe I de l'arrêté préfectoral n°163/2019 du 28 juin 2019 interdit le mouillage et la pêche aux engins de fond, Banyuls-sur-Mer

ScanLitto IGN/SHOM

L'annexe I de l'arrêté préfectoral n°163/2019 du 28 juin 2019 interdit le mouillage et la pêche aux engins de fond, Banyuls-sur-Mer

ScanLitto IGN/SHOM

La surveillance réalisée par les agents du Parc a permis de proposer une réglementation visant à interdire l’ancrage et la pose d’engins de pêche de fond au droit de la plage du sanatorium afin de réduire les risques de propagation dans le milieu (arrêté préfectoral n° 163/2019 du 28 juin 2019).

Je m'implique

N'arrachez pas la Caulerpe ! Cette algue à des modes de dispersion variés, il suffit d'un morceau de quelques centimètres pour que l'algue colonise un autre secteur.

Si vous remontez de la Caulerpe avec votre ancre ou dans votre filet ou casier, ne la rejetez pas dans l'eau. Conservez-là à bord, jetez-là dans une poubelle au port et inspectez votre puits d'ancre. 

Tapis de l'algue Caulerpa racemosa, espèce exotique
Tapis de l'algue Caulerpa racemosa, espèce exotique

Alexandra Gigou / Office français de la biodiversité

Le crabe bleu américain

Le « crabe bleu », signalé par des pêcheurs en étang dès 2017 auprès du Parc naturel marin, correspond à l’espèce américaine Callinectes sapidus, étymologiquement « bon nageur savoureux ».

Le développement en masse de ce crabe pourrait porter atteinte aux écosystèmes locaux notamment en bouleversant les fonctions de zones d’alimentation et de nurserie des lagunes. Il est également constaté depuis l'été 2019, une charge de travail supplémentaire pour les pêcheurs qui s’y trouvent confrontés, à quoi s'ajoute un danger lors de la manipulation de cette espèce très agressive.
Contenir le développement du crabe bleu à un bas niveau est un enjeu pour préserver les écosystèmes locaux et in fine, les activités de pêche qui en dépendent !

Le crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Le crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique, très bon nageur et reproducteur

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Le crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique, très bon nageur et reproducteur

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique - spécimen des étangs de Canet

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Les premiers signalements sporadiques du crabe bleu sur les côtes méditerranéennes remontent à 1962 (étang de Berre), puis en Espagne (delta de l’Ebre, 2012), en Corse (étang de Biguglia, 2014) et en 2017 dans l’étang de Canet. Sa présence est actuellement détectée dans plusieurs lagunes et estuaires d’Argelès-sur-mer jusqu’en Camargue, et dernièrement dans l’étang de Berre en région PACA.

Très bon nageur (jusqu’à 15 km par jour), il pourrait avoir colonisé nos côtes par la mer depuis l’Espagne. Cette présence en dehors de son habitat naturel (soit la côte Est des Etats-Unis et le nord de l’Amérique du Sud) laisse supposer une action humaine, comme par exemple le transport des œufs ou embryons via les eaux de ballast des bateaux.

Très bon reproducteur (jusqu’à 2 millions d’œufs par femelle), capable de s’adapter à de larges gammes de température et de salinité, et disposant d’un régime varié (bivalves, huîtres, petits poissons, gastéropodes), ce crabe possède toutes les facultés pour une installation massive. Seul le poulpe représente un potentiel prédateur naturel.

 

Pour le Parc naturel marin, les enjeux actuels sont de suivre et de connaître les cycles vitaux de l’espèce adaptée à nos contrées, pour mieux cibler ses périodes vulnérables et favoriser sa capture; inciter sa pêche par les pêcheurs professionnels et faire connaître son intérêt gustatif.

Une filière incitative à son prélèvement pourrait permettre une maîtrise de sa population et une limitation de son impact sur le milieu.

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique - spécimen des étangs de Canet

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Fiche de signalement du crabe bleu

Une méthode de signalement

En 2018, le Parc a sollicité les acteurs de son territoire à remplir une fiche de signalement. Les résultats montrent une augmentation spectaculaire des signalements sur la période 2017-2019 :

  • 35 signalements avec une explosion des signalements en 2019.
  • 377 individus répertoriés avec une répartition quasi égale en femelles et en mâles.
  • 2 points chauds en terme d’abondance des captures : l’étang de Canet qui est une lagune peu profonde, et la Camargue qui est une zone avec un apport d’eau douce important de même configuration que le delta de l’Ebre.
  • 10 femelles portant des oeufs observées en 2019, témoignant d’une reproduction avérées et de présence depuis 2020 d'individus juvéniles témoins d’une reproduction réussie.

Des engins de pêche adaptés

En 2019, l’équipe du Parc s’est appuyée sur le travail d’un étudiant du Lycée de la Mer de Sète pour déployer des premiers tests d’engins de pêche en milieu naturel, les lagunes où avaient été signalés des spécimens, et en bassins. Ces tests ont été rendus possibles grâce à l’appui de pêcheurs professionnels volontaires d’une part, et à l’implication de l’Observatoire Océanologique de Banyuls et de leurs dispositifs aquariophiles.

Trois prototypes ont été testés et proposés à trois professionnels pêcheurs :

  • un casier de type américain,
  • un casier type araignée,
  • un casier développé par un pêcheur.

Les premiers résultats ont permis d’affiner peu à peu les caractéristiques d’un casier adapté :

  • entrée située sur le côté,
  • largeur suffisante adaptée à la taille parfois impressionnante des crabes et à la présence d’épines marquées sur la carapace,
  • dispositif pour vider le casier limitant les manipulations avec cette espèce au comportement agressif.
Test des prototypes de casiers pour le crabe bleu, Callinectes sapidus

Test des prototypes de casiers pour le crabe bleu

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Test des prototypes de casiers pour le crabe bleu

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Prototypes de casiers destinés à pêcher les crabes bleus

Prototypes de casiers destinés à pêcher les crabes bleus

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Prototypes de casiers destinés à pêcher les crabes bleus

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Spécimens de crabe bleu, Callinectes sapidus

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Spécimens de crabe bleu, Callinectes sapidus

Thierry Auga-Bascou / Office français de la biodiversité

Un suivi par les pêcheurs professionnels

Un suivi standardisé sur les lagunes, les graus et en mer est déployé sur une année complète 2020/2021. Il vise a améliorer les connaissances sur le cycle biologique de l’espèce, ses zones de concentration et sa saisonnalité. Des recommandations de gestion pourront alors être envisagées pour optimiser sa capture par les pêcheurs et limiter ainsi son expansion dans le milieu.

Ce suivi mobilise :

  • une dizaine de pêcheurs professionnels des ports de pêche du Parc : Leucate, Le Barcarès, Canet, Argelès-sur-Mer.
  • différents acteurs de la gestion des milieux lagunaires et structure scientifique et technique : Syndicat mixte RIVAGE, Conservatoire du littoral, Syndicat mixte du Réar, Cepralmar, Observatoire Océanologique de Banyuls.

La mise à disposition de casiers standardisés aux pêcheurs sentinelles est conditionné à la remontée de données de captures (nombre, sexe, taille,...) sur les stations définies conjointement. Les pêcheurs disposent donc de moyens adaptés pour s’initier à une technique de pêche sur une nouvelle espèce, et peuvent bénéficier de sa commercialisation. En contrepartie, le Parc et les partenaires disposent de données pour comprendre le comportement de cette espèce et partager ces nouvelles connaissances avec l’ensemble de la profession.

Mission d’études aux îles Kerkennah : à la découverte du crabe cousin tunisien Portunus Segnis

En 2019, le Parc naturel marin a participé à une mission d’étude en Tunisie organisée par le Pays Pyrénées Méditerranée pour envisager des projets de  coopération avec les acteurs méditerranéens.

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique - spécimen des étangs de Canet

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

Crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité

https://www.youtube.com/watch?v=p2h51q5VM4Y

Je m'implique

En cas d'observation d'un crabe bleu, merci de compléter et de renvoyer cette fiche de signalement et si possible une photo à parcmarin.golfe-lion@ofb.gouv.fr 

Le crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique
Le crabe bleu, Callinectes sapidus, une espèce exotique, très bon nageur et reproducteur

Coraline Jabouin / Office français de la biodiversité