Suivre le trait de côte

Le territoire du parc naturel marin présente des richesses naturelles et fragiles, avec un continuum terre-mer qui offre des paysages remarquables. Pour gérer cette aire marine protégée, des suivis sont réalisés pour acquérir des connaissances et des actions sont menées pour accompagner tous les acteurs du littoral dans une démarche commune et concertée de préservation et de gestion du système côtier. 

Accompagner les acteurs : la démarche Ambition Littoral

Les plages s’érodent, le trait de côte recule, les stocks littoraux s’appauvrissent et le fonctionnement du littoral est fortement perturbé par l’artificialisation de la côte. Ce constat simple est à l'origine de la mise en place de la démarche Ambition Littoral qui a pour objectifs de fédérer les acteurs et les décideurs concernés par la gestion du système côtier, de les amener à discuter ensemble sur des problématiques communes et les responsabiliser sur le littoral de demain.

 

La feuille de route de la démarche Ambition Littoral prévoit l’organisation de cinq ateliers participatifs : 

  • connaissance du fonctionnement littoral
  • culture et mémoire des risques
  • outils de gestion et d’aménagements
  • prospective des impacts socio-économiques de l’évolution du littoral de demain 
  • retour d’expériences pour atténuer les phénomènes déjà à l’œuvre
Accompagner les acteurs du territoire

Atelier de la démarche Ambition Littoral

Grégory Agin / Office français de la biodiversité

Atelier de la démarche Ambition Littoral

Grégory Agin / Office français de la biodiversité

Accompagner les acteurs du territoire

Atelier connaissance de la démarche Ambition Littoral

Grégory Agin / Office français de la biodiversité

Atelier connaissance de la démarche Ambition Littoral

Grégory Agin / Office français de la biodiversité

Des journée de formations peuvent également être envisagée en fonction des besoins identifiés durant l’avancée de l’organisation de la démarche.
Ces ateliers réunissent des experts qui viennent partager leur connaissance de la thématique, des élu.e.s,  gestionnaires, représentants de syndicats, des représentants des services de l’Etat et des représentants du secteur associatifs, pour les amener à penser ensemble le littoral de demain. Chaque atelier est programmé sur une journée, amorcé par une première partie théorique animée par des présentations d’experts et rythmée par une 2ème partie dynamique, participative. Cette alternance est voulue afin de leur permettre de s’approprier les éléments mis à disposition, d’échanger et d'adapter la thématique abordée à leur territoire. 

Acquérir des connaissances

Les projets menés traitent du continuum terre-mer très influencé par les forçages météorologiques et les apports fluviaux, où l’homme est intervenu avec une diversité d’aménagements et d’infrastructures qui ont modifié les dynamiques naturelles du milieu. 

Suivi du trait de côte par image satellite

Le projet "Suivi ENVironnemental par SATellite" (SENVISAT) vise à vérifier la faisabilité de la mise en œuvre d’un suivi de plusieurs idicateurs côtiers par imagerie satellite, qu’ils soient terrestres ou marin. Il diffère des méthodes traditionnelles en étant capable de couvrir une échelle spatiale importante pour un coût moins élevé et permet de suivre :

  • trait de côte,
  • impact d’une tempête exceptionnelle sur l’érosion de la plage et de la dune,
  • panaches de turbidité lié à une tempête ou des travaux (travaux de rechargement et d’ingénierie sur les plages et en mer),
  • bloom phytoplanctonique en mer.

 

Grâce à toutes les données collectées, un projet complémentaire (SENVIMAP) est en cours. Il permettre la visualisation des résultats des travaux du suivi environnemental par satellite via un portail cartographique.

Senvisat

Plan de positionnement des levés topographiques et bathymétriques d'automne 2018 dans la baie de Paulilles

Plan de positionnement des levés topographiques et bathymétriques d'automne 2018 dans la baie de Paulilles

Senvisat

Comparaison de la position des barres sédimentaires d'avant côte de la zone du Barcarès digitalisés par photo-interprétation d'image pléiade et sur MNT topo-bathymétriques pour le printemps et l'automne 2017.

Comparaison de la position des barres sédimentaires d'avant côte de la zone du Barcarès digitalisés par photo-interprétation d'image pléiade et sur MNT topo-bathymétriques pour le printemps et l'automne 2017.

Senvisat

Image satellite du trait de côte et bathymétrie au sondeur monofaisceau

Image satellite du trait de côte et bathymétrie au sondeur monofaisceau

Fonds sous-marins

Fonds sous-marins : écosystèmes sédimentaires et canyons

Office français de la biodiversité

Fonds sous-marins : écosystèmes sédimentaires et canyons

Office français de la biodiversité

Cartographie des fonds et des habitats

La côte rocheuse des Pyrénées-Orientales abrite un patrimoine naturel marin remarquable, pour lequel la présence de la réserve naturelle marine et du parc naturel marin offrent de réelles opportunités de cartographie du fond et des habitats marins pour lequel il est essentiel d’avoir une représentation visuelle précise.

Un partenariat mis en place entre le CEFREM (Université de Perpignan) et l'Office français de la biodiversité a permis de mieux comprendre l’architecture des formations sédimentaires actuelles et passées, en déterminant, sur la base des données cartographiques acquises lors de la campagne « Amphora » (août 2012), les processus d’érosion, de transport et de dépôt des sédiments côtiers.

Un travail de cartographie des fonds est en cours sur le Parc. Il a permis jusqu’à présent de préciser l’ensemble de la côte rocheuse ainsi que des sites d’intérêts comme les têtes de canyons.

Récifs artificiels

En 1985, plusieurs zones de récifs artificiels ont été implantées dans le périmètre Parc naturel marin sur les concessions de Canet-en-Roussillon et de Saint Cyprien, puis en 2004 sur les concessions de Leucate et Barcarès.

Un suivi scientifique a été conduit sur ces sites dans les deux premières années suivant l’immersion, les dernières investigations datant ainsi respectivement de 1987 et 2006, en fonction des périodes d’immersions.
Une actualisation de l’état physique de ces récifs apparaissait donc nécessaire afin d’évaluer leur efficacité, telle que définie initialement : protéger la ressource halieutique et soutenir les pêcheurs artisanaux. 

     

    Récifs artificiels

    Récifs artificiels

    Office français de la biodiversité

    Récifs artificiels

    Office français de la biodiversité

    Récifs artificiels

    Localisation des récifs artificiels à Saint-Cyprien

    Office français de la biodiversité

    Localisation des récifs artificiels à Saint-Cyprien

    Office français de la biodiversité

    Cet état de référence a été réalisé pour le Parc en 2016. Il comprend trois principaux objectifs :  

    • Localiser et cartographier l’ensemble des modules ;
    • Mesurer et qualifier précisément l’état physique des structures ;
    • Caractériser l’environnement morpho-sédimentaire. 

    Sur chaque site, les investigations au sondeur multifaisceaux ont permis de reconstituer et d’actualiser le plan d’aménagement des différents villages de récifs artificiels, de localiser précisément les modules et de les caractériser.